top of page
001-MEUBLE_PEIGNE.jpg

UN MEUBLE IMMEUBLE – FACES LIBRES

Programme / Typologie : Design de mobilier
Commanditaire : Mme Claire Richard

Organisateur : N.C.

Type de commande : Privée
Partenaires : Pierre Ginieis architecte

Type de mission : Complète
Situation / Lieu : Paris 10
Budget : 15 000 € HT
Surface : 6 m2 (SHAB)
Date : 2013

Réalisation d’un meuble de rangement de type penderie articulant l’entrée d’une chambre dans un appartement parisien.

Description

 

Ce projet d’un meuble dit immeuble, car faisant partie pleinement de l’architecture en s’intégrant complétement à cette dernière avec une construction non démontable, a pour programme une penderie. La chambre est une suite de 20 m2 dans un appartement Parisien. C'est un meuble-immeuble, qui fait architecture, qui gère la séquence d'entrée de la chambre et de sa salle d’eau. Ce meuble organise et occupe la chambre de sorte à lui redonner une échelle et en l’occupant de façon à avoir des éléments intégrés pleinement, comme la cheminée existante.

Sa matérialité est principalement en chêne massif et il est composé de 3 faces principales, verticales, qui ne touchent ni le sol ni le plafond, pour libérer visuellement l’espace. Chacune de ses faces semble libre.

 

Le projet s’installe dans une chambre de près de 20 mètres carrés avec salle d’eau dans un appartement parisien de belle surface. Dans un des angles de cette chambre, un angle qui gère la séquence d’entrée de cette dernière, et le long d’un mur qui possède l’ouverture, sans aucune porte et qui desserre la salle d’eau, nous proposons un « meuble immeuble «. Un « meuble immeuble « car ce n’est pas juste du mobilier déplaçable ̀ volonté́, mais c’est de l’architecture, de l’immeuble à la petite échelle, voire plus humblement juste un morceau d’architecture.

 

Ce morceau d’architecture a pour fonction d’être la séquence d’entrée de la chambre et de produire différents espaces de rangement dédiés, une penderie, des étagères pour des livres et des étagères de rangements divers.

Le principe initial qui nous a guidé pour penser cet espace de rangement et de circulation est qu’il fallait tout d’abord entrer à l’intérieur du projet pour ensuite rentrer dans la chambre. Un autre principe qui nous a guidés et nous a semblé important et qu’il fallait faire avec l’évidence, une chose d’évidence, simple. C’est pourquoi nous avons produit juste trois parois, faces, qui glissent les unes par rapport aux autres et qui forment le caractère du projet. Nous entendons par « simple «, le fait d’être économique, plastiquement dans une forme sans aucune fioriture avec des assemblages bruts et des morceaux de bois de dimensions standards, avec le moins possible de redécoupages des planches de bois. Nous avons préféré éviter ces dernières dans le dessein principal afin de ne produire aucune chute inutile, qui aurait pu partir en tant que déchet dans l’espoir de consommer un minimum de CO2 en outillage et manutention. Le choix de l’essence de bois a été le Chêne, massif, qui est une essence de bois qui plaisait aux commanditaires du projet, mais aussi qui est une production Française et à une durabilité́ certaine grâce à une grande dureté́, ce qui est idéal pour un morceau d’architecture. Le Chêne a été ́ dans son état naturel et juste ciré avec un produit naturel pour un entretien facile et un aspect chaleureux. Un autre point important a été le fait de ne pas vouloir toucher ni au sol ni au plafond, toujours dans un souci d’évidence et de simplicité́, mais principalement du fait que ces derniers étaient très irréguliers, non droits et non perpendiculaires. Le choix de ne pas toucher le sol permet d’offrir un grand confort d’utilisation, par exemple lors du nettoyage du sol. L’intérêt de cette forme, d’évidence, est surtout de permettre aux trois faces de réellement donner la sensation de produire un espace contenu de rangement, en mettant en valeur le volume limité par ces faces.

 

La simplicité́ de ce choix plastique et formel permet aussi de donner la sensation d’un espace qui existe encore par la continuité́ du sol et du plafond, et donc de donner la sensation que le projet prend moins de place, de garder l’effet d’un grand espace dans cette chambre.

Le choix des couleurs s’est fait naturellement avec les attentes des utilisateurs. L’effet visuel obtenu grâce à la couleur rouge caractérise cette chambre dont un des murs entiers était déjà dans cette couleur vive, et le noir mat pour rechercher un aspect mystérieux, infini, flou, dans l’alcôve à droite de l’entrée et pour la partie haute du meuble.

bottom of page